Le monde du jeu vidéo est-il misogyne ?

"Salut mocheté", "fais péter ton décolleté", "tu peux te pencher stp?", "retourne à ta cuisine", “wow tu fais bander”... Quand vous êtes une fille et que vous jouez à des jeux vidéo en ligne, c'est le genre de commentaires que vous recevez presque tous les jours. Et ils sont souvent beaucoup plus trash.

Célia Paris

Célia Paris

Le sexisme, un problème de société rencontré aussi dans le gaming

Dans la rue comme sur Internet, le sexisme se diffuse partout, il est malheureusement assez courant. Que ça soit sur Youtube, Twitch ou sur les forums de discussion, un air de misogynie plane et la dérive vers des idéologies masculinistes est à l’œuvre. Comme pour faire sentir aux femmes qu’elles n'ont pas leur place dans le gaming.

Pourtant, les femmes jouent autant que les hommes ! La moitié des joueurs de jeux vidéo sont des joueuses. Maintenant que le jeu est devenu courant, de plus en plus de femmes se font remarquer. Pourtant, les clichés sexistes persistent.

Ces dernières années, Youtube et Twitch ont démocratisé le streaming en direct. De nombreux créateurs de contenus diffusent en direct des vidéos d'eux-mêmes sur un sujet qui les intéresse. Beaucoup d'entre eux aiment streamer en jouant aux jeux vidéo. Ces plateformes de diffusion sont un formidable moyen de créer du contenu, d'exercer sa liberté d'expression et d'interagir avec le monde entier.

Mais le plus souvent, le streamer est seul face à une communauté qui réagit en direct par le biais d'un chat, et il a rarement le contrôle ou un moyen de modérer facilement son live. Streamer en direct devant des gens qui vous regardent pendant quatre, cinq heures ou même plus, animer, être bon et se concentrer sur le jeu, lire le chat, faire attention à la caméra… tout cela demande déjà beaucoup de concentration.

Certains streamers ont parfois la possibilité d'être aidés par quelqu'un pour modérer leur live, en supprimant les messages haineux et en interdisant aux viewers qui se comportent de façon déplacée de participer au chat. Mais il est souvent compliqué de mobiliser quelqu’un pour modérer l’ensemble de ses lives. La plupart du temps, les streamers n'ont pas ou peu de moyen de modération. Et il leur arrive régulièrement, surtout aux femmes, de recevoir en direct des insultes, des commentaires misogynes ou même de se faire cyberharceler.

Régulièrement, les joueuses les plus connues poussent un coup de gueule pour contester le statu quo.

Témoignage de Nat_Ali :

*"On ne peut pas se rendre compte de ce que c’est tant qu’on ne l'a pas vécu, mais il y a clairement une différence de traitement entre les hommes et les femmes dans le monde du jeu vidéo. Très vite, dans le chat, les viewers nous parlent de notre apparence physique “salut beauté”, "oh tu es vraiment jolie"... et cela devient souvent incontrôlable "bonjour le laidron", "oh t’es dégueulasse"... alors que c'est beaucoup moins fréquent avec les hommes, tout du moins avec les hommes "ordinaires" car ils sont aussi exposés dès l’instant où ils appartiennent à une minorité (ex : couleur de peau, origines, surpoids, etc.). Les femmes sur Youtube ou Twitch prennent souvent double peine".*

Les streamers veulent faire de leur live un endroit sûr, accueillant et sans discrimination. Pour certains d’entre eux, leurs chaînes Youtube et Twitch sont un peu comme leur maison. Il est primordial pour eux d’en faire un espace positif, pour pouvoir streamer sereinement.

Comment s'attaquer au problème du sexisme dans les jeux vidéo ?

Après plus de trois ans d'analyse de contenus toxiques extraits à partir de données tirées sur les réseaux sociaux, Bodyguard - une start-up fondée à l'origine en France - bénéficie d'une bonne compréhension du problème et a décidé d'agir pour aider les femmes à se sentir plus "chez elles" dans le monde du streaming, leur permettre de créer des contenus et de s’exprimer librement.

Bodyguard a créé une solution technologique pour protéger le plus grand nombre de personnes possible contre les contenus toxiques en ligne, le cyberharcèlement et les discours de haine.

La technologie développée par Bodyguard prend la forme d’une application mobile gratuite qui modère en direct et de manière autonome les lives de ses utilisateurs sur Twitch et Youtube, mais protège également leur contenu sur Twitter et Instagram. Plus de 50.00 personnes se sont déjà équipées de ce garde du corps pour protéger leurs réseaux sociaux. La moitié des utilisateurs sont des femmes, dont de nombreuses personnalités publiques, politiques de tout bord, journalistes, artistes internationaux, gamers et influenceurs web. Actuellement, la technologie de Bodyguard analyse et modère les commentaires en anglais, en français et en italien.

Disponible sur iOS et Android, cette application a été déployée et mise à disposition du plus grand nombre gratuitement pour faire d’Internet un endroit plus sécurisé et bienveillant. En quelques clics, les utilisateurs connectent leurs réseaux sociaux et la technologie Bodyguard se charge du reste en collectant et analysant tous les commentaires reçus, pour enfin bloquer les contenus haineux. Plus de 5 millions de commentaires sont analysés par Bodyguard tous les mois.

Pour aller encore plus loin, Bodyguard donne désormais la possibilité aux utilisateurs de définir leurs propres règles de modération. Dans le cadre de l'analyse, Bodyguard catégorise efficacement les commentaires en les catégorisant ainsi :

  • Harcèlement sexuel
  • Harcèlement moral
  • Insultes
  • Moqueries sur le physique
  • Menaces
  • Troll
  • Racisme
  • Haine
  • Homophobie
  • Misogynie (nouveau)

Bodyguard modère à présent les commentaires misogynes

En partenariat avec le collectif Stream’Her (un groupe de streameuses francophones) et grâce à ses utilisatrices, Bodyguard a analysé des millions de commentaires misogynes pour mieux comprendre cet enjeu de société et pour pouvoir modérer efficacement les insultes sexistes sur les plateformes de streaming.

La haine exprimée à l'égard des femmes peut être très complexe. Grâce aux données recueillies, Bodyguard a pu créer une nouvelle catégorie "Misogynie", qui lui permet de détecter avec une extrême précision les comportements sexistes et de mieux protéger les créatrices en ligne.

Partant du principe que l'écran de l'ordinateur ou du smartphone n'est pas une barrière assez solide pour se protéger des commentaires haineux, Bodyguard propose une technologie puissante et personnalisable pour aider des plateformes comme Youtube ou Twitch à devenir des environnements en ligne plus sains et plus sûrs. La technologie de Bodyguard vise à changer les mentalités et à permettre aux créateurs de s'exprimer et de créer librement, sur un support numérique plus respectueux et bienveillant.

Bodyguard s'efforce ainsi d'aider les femmes à s’exprimer sereinement en s'attaquant à un problème sociétal qui n’a que trop duré.